15 oct. 2018

Ca va, ça grimpe : compte-rendu de Paris-Versailles 2018

En septembre, j'ai donc couru la Grande classique Paris-Versailles pour la première fois, en compagnie de Morgane

Nous sommes arrivées très tôt mais étrangement, nous sommes parties avec la dernière vague des coureurs (pas de sas dans cette course, les premiers sur place sont théoriquement les premiers à s'élancer). Débuter la course avec les motos qui ferment le cortège juste derrière nous et les bénévoles qui retirent les barrières pour libérer la circulation, franchement ce n'est pas très confortable moralement...! Sans compter l'ambiance fin de soirée avec des milliers de bouteilles (d'eau!) échouées sur le bas-côté (voire carrément sur la chaussée, histoire de tester le saut d'obstacle), les musiciens rentrés chez eux et les supporters partis se mettre à l'abri. Bref, j'ai préféré accélérer sur les premiers kilomètres pour rejoindre les coureurs partis plus tôt (en culpabilisant de laisser Morgane avec les motos). 
Par la suite, même si l'ambiance était moyenne, j'ai super bien vécu cette course. C'est vrai que la Côte des Gardes est costaud mais j'étais finalement bien préparée, et ce qu'on ne dit pas souvent sur ce parcours c'est qu'il y a aussi beaucoup de descentes! Du coup ça compense bien. Des passages sympas en forêt aussi. 

En résumé, j'ai trouvé l'organisation assez limite (même pas de ravitaillement à l'arrivée), mais ravie de ma course!


Pour suivre toute l'actu du Running BD Blog, suivez-moi sur ma page Facebook!